jeudi 19 mars 2020

RAL n°133


REPORT DU NUMÉRO EN COURS


Dans le contexte de la crise sanitaire d’une ampleur inédite que nous traversons, la parution du numéro 133 "Images et imaginaires" est reportée au mois de SEPTEMBRE 2020. Avec l’espoir de traverser au mieux cette période difficile, nous adressons nos sincères et amicales salutations à tous nos lecteurs.



Edward Hopper - Rooms by the Sea - 1951



jeudi 19 décembre 2019

RAL n°132


2ème semestre 2019


DANS LA TRAME DES JOURS


Le temps seul compte, qui nous offre une trame,
sa trame, pour y broder un certain style, un certain rythme.
Louis-Ferdinand Céline


Mettre le mot au pluriel ne doit pas nous faire oublier qu’une « trame » n’existe qu’en particulier, au même titre qu’une empreinte. Particulier en effet chaque lieu où opère et se dessine une trame, cette impression qui se dissimule au regard immédiat et pourtant travaille en secret à donner forme, comme autant de signatures, à ce qui cherche à se faire entendre à travers le langage, à travers la matière sonore de l’écriture.

Texture, mots filés, phrases entrecroisées, tissées, phrases qui laissent passer la lumière comme à travers un miroir, cette lumière qui en hébreu veut dire « secret », n’est-ce pas la figure même de l’éphémère, cette rencontre fugitive dont le motif ne se découvre visible qu’à mesure de sa perte ? Si écrire, c’est suivre une trame, c’est aussi prendre le risque de perdre le fil de la parole, ce filigrane qui affleure dans le blanc de la page. Ainsi le poème avance comme initialement induit, à la poursuite de la trace qui se consume, il exige un emportement, celui de la parole retrouvée, et c’est vers sa propre source qu’il cherche à se frayer un chemin.

Le poème est cette cosa mentale qui prend forme avec le premier mot, la première mesure d’une partition qui troue le silence dans ses plis et replis avec l’espoir de découvrir par une sorte d’obstination patiente le motif caché, la trame qui soutient son élan. À peine recueilli sur le papier, ce premier mouvement est donné sans autre souci que l’augure d’une musique de mots, d’un rythme de phrases qu’il s’agit de faire advenir. C’est l’épreuve même de l’écriture qui commence et suppose la plus extrême concentration, la plus exacte attention à ce qui vient à l’horizon de la parole rendue à l’essentiel. Faut-il encore que vibre le fil de lin de la parole tissée au plus près sur le tranchant de la voix, mémoire tournée vers cet ailleurs que délivre la navette du poème dans ses échos sonores.

Toucher au cœur des choses qui s’écrivent, n’est-ce pas tirer un à un les fils qui constituent la trame secrète de leur existence, un dessin formé non par des pleins mais par des vides, comme cette dentelle qui est pour ainsi dire la matière même du temps ? La trame est à la fois ce qui demeure caché et cet agencement secret qu’il faut découvrir. Ce qui est là, à portée du regard, et qui demeure un instant comme à portée de main, n’en est pas moins soumis au devenir, à l’irrépressible mouvement du temps qui ne cesse de l’emporter. Ainsi sont toutes choses, ou nées, ou naissantes, ou mourantes. Cette épiphanie de la présence recèle en elle comme la nostalgie d’une langue perdue avec ses lambeaux de parole vive arrachés à l’oubli, à l’annonce inéluctable de la disparition et de l’effacement.

Alain Fabre-Catalan


André Kneib - L'eau, 2015


Les illustrations qui accompagnent l'opus 132 de la Revue Alsacienne de Littérature sont d'André Kneib, maître en calligraphie.

André Kneib est né en 1952 en Lorraine, à Neufgrange, un petit village en pleine campagne. Il y a développé son goût de l’observation, sa sensibilité aux éléments et une fascination pour la beauté de la nature. Après avoir étudié la calligraphie en Chine puis au Japon, il expose ses œuvres. Il est reconnu tant pour sa maîtrise de la calligraphie classique que pour son inventivité et sa modernité, en Chine, au Japon, en Corée, aux Etats Unis et en Europe. Au fil des ans André Kneib a établi un pont entre l’art traditionnel oriental et la modernité de la peinture occidentale contemporaine. Ses œuvres abolissent les frontières entre les cultures. Sinologue, André Kneib, en sa qualité de Maître de conférences assure un enseignement à l’Ecole des Langues Orientales ainsi qu’à l’Université de Paris IV-Sorbonne.

Les 5 illustrations reproduites dans le numéro "Trames" sont des oeuvres qui allient la puissance du trait à la magie de l'évocation des éléments naturels (eau) et de la pulsation originelle (coeur).

Marie-Yvonne Munch

dimanche 1 décembre 2019

RAL n°132


Éditorial & Sommaire

du numéro à paraître en décembre 2019

______


Dossier thématique

« Trames »



Sophie Taeuber-Arp - Mouvements de lignes 1939


ÉDITORIAL


Le dossier PATRIMOINE est consacré au poète et auteur dramatique Émile Storck (1899-1973). Martine Blanché, spécialiste de cette œuvre, nous offre une présentation éclairante qui situe la production littéraire de Storck dans son contexte culturel. Un choix représentatif de quelques poèmes accompagne cette rubrique. 

Notre dossier thématique TRAMES, présenté par Alain Fabre-Catalan, propose des poèmes et des proses dans les trois expressions linguistiques de notre région. Ce titre quelque peu surprenant a eu un large écho auprès de nos auteurs. Leurs contributions témoignent de la richesse et de la complexité de cette notion, dont l’étymologie est dérivée du latin textere, donc intimement liée au texte, à la création littéraire.

Comme d’habitude, les rubriques VOIX MULTIPLES, CHRONIQUES et NOTES DE LECTURE complètent se numéro. Nous attirons l’attention de nos lecteurs sur la remarquable exposition consacrée à Käthe Kollwitz, actuellement visible au MAMCS. Une chronique de Vincent Wackenheim met en lumière la qualité exceptionnelle de cette artiste engagée qui, face à la violence des guerres, veut agir dans son temps.

Cinq calligraphies d’André Kneib rythment les différents volets de ce numéro. Nous remercions tout particulièrement l’artiste qui nous offre ces illustrations. André Kneib cherche à établir un pont entre l’art extrême-oriental de la calligraphie chinoise et la peinture occidentale contemporaine.

Nous remercions nos abonnés pour leur fidélité, leur soutien, et présentons à tous nos meilleurs vœux pour de belles fêtes de Noël et leur souhaitons une bonne Nouvelle Année

Maryse Staiber & Marie-Thérèse Wackenheim


Le site internet dédié à la revue, créé par Alain Fabre-Catalan qui en assure l’administration, rend compte de notre actualité littéraire. Les auteurs y trouveront les informations utiles concernant les thèmes abordés dans les prochains numéros. Le dossier thématique du numéro 133 de juin 2020 s’intitulera IMAGES ET IMAGINAIRES.


____________________________________________
____________________


SOMMAIRE


ÉDITORIAL                                                                                    

André Kneib :  ; Inflexible, inébranlable, 2016                            

PATRIMOINE
Martine Blanché : Émile Storck (1899-1973)                                      
Émile Storck : Quelques poèmes en dialecte                                        

André Kneib :  ; L’eau, 2015                                                    

DOSSIER : TRAMES
Alain Fabre-Catalan : Dans la trame des jours                                   
Eva-Maria Berg : als sei sie festgeschrieben                                                   
Alain Helissen : Lignes de trames                                                 
Emma Guntz : begrenzt                                                                       
Cécile Oumhani : Gare de Grand Central, 42ème Rue                     
Alix Lerman-Enriquez : Trame                                                           
Claudia Scherer : Zichtle – Eine fortlaufende Linie                         
Marlena Braester : un jour se lève à l’horizon cosmique                    
Kza Han : Entrelacement. Élère. Chemin de la fontaine. Voie lactée
                       Rhodo-phéo-chlorophycées. Rouleau de Bojagi              
Wendelinus Wurth : Gedanke Bilder                                          
Pierre Judide : Stromates. Mystères de la création. Mystère de l’existence 
Alain Fabre-Catalan : Paysage au fond du jour                            
Denis Leypold : Trame dans l’éclat de Sirius                                
René Heyer : C’est écrit                                                                           
Yves Rudio : De Bröj üsleffle                                                       
Marie-Yvonne Munch : Recto, verso, trame de couleurs, tissu de vies           
Laurence Muller : à la lisière je brode                                            
Françoise Urban-Menninger : Le mythe de Philomèle                  
François Debuiche : Deux sonnets en eau trouble                                     
Luminitza C. Tigirlas : Encre d’hièble                                          

André Kneib :  ; Eaux III, 2017                                           

VOIX MULTIPLES
Jean-Claude Walter : Enfances                                                   
Jacques Goorma : Les lèvres de la falaise                                              
Arnoldo Feuer : À cause des cardamines                                               
Yves Rudio : Im àlta Schànk vùm Bàbbe                                                
Martine Blanché : Corcovado                                                   
Claude Vancour : Habillé de silence. Débarquer à Sercq, 50 ans après   
         Si petite trace. La main                                                      
Božena Němcová : Viktorka                                                     
Wendelinus Wurth : Aalange                                                    
Jean-Paul Sorg : À la façon d’Abd Al Malik et en hommage           
Yvan de Monbrison : Tête à queue                                              
Gerda Mucker-Frimmel : Zeit. Stille über dem See                         
Jacques-Henri Caillaud : Un jeu télévisé. Fin du monde. Le héron                 
Pierre Zehnacker : Les dessins. Fragments d’une écriture perdue.            
            Une seule heure                                                                 
Sylvie Le Scouarnec : Hommage an Paul Celan                              
Herbert G. Pedit : Sie werfen Worte in die Luft                             
Michael Benaglio : Schatten des Sensenmanns                                  
Marie-Yvonne Munch : André Kneib, maître en calligraphie          
André Kneib : Descriptif des illustrations                                               

André Kneib :  ; Monsieur Ding (Hao), bruit de l’eau
            qui tombe goutte à goutte, 2012                                          

CHRONIQUES
Vincent Wackenheim : Käthe Kollwitz : violence et pacifisme           
Vincent Wackenheim : Tomi Ungerer l’Européen                                      
Liliana Orlowska : Quand l’enfant raconte la guerre                        
François Blanché : Bauhaus, le centenaire                                                    
Jacques Goorma : Le cheminement poétique de Gérard Pfister            
Hélène Belletto-Sussel : Ferdinand Peroutka, Le Nuage et la valse             
Helmut Pillau : Eine Notiz zur Poetik von Jean-Paul de Dadelsen                

André Kneib :  ; Le cœur, l’esprit, 2015                                   

NOTES DE LECTURE


André KNEIB - Herbes sauvages à Puberg